Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les carnets de Calixte

Activités, ressources, lectures pour petits et grands

Les carnets de Calixte

La raréfaction des moineaux

Avez-vous comme moi remarqué qu'il y avait de moins en moins de moineaux ?

En y regardant de plus près, plusieurs études menées en Europe confirment malheureusement le déclin de la population de passer domesticus, notre moineau domestique. En Grande-Bretagne, celle-ci a chuté de près de 90% dans la première décennie des années 2000. D'autres chutes spectaculaires ont été observées en Allemagne, en Italie, en Finlande, etc.

A Paris, une enquête annuelle du Centre Ornithologique d'Ile de France (CORIF) et de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) montre une baisse de 73% de la population de moineaux entre 2003 et 2016: près de 3 moineaux sur 4 ont donc disparu de la capitale en 13 ans !

Cette enquête utilise la méthode des indices ponctuels d'abondance (IPA). Deux comptages sont réalisés par an, au printemps et à l'automne (le comptage d'automne a finalement été abandonné car il correspondait à une période de dispersion des jeunes moineaux). Des observateurs volontaires se voient affecter des points d'observation précis, sélectionnés de façon aléatoire, sur lesquels ils se postent et comptent les oiseaux qui entrent dans leur champ de vision pendant exactement 10 minutes.

Si les résultats des premières années d'enquête ont montré une relative stabilité de la population, celle-ci a baissé ensuite de façon très nette. Et ce déclin s'observe aussi dans les zones péri-urbaines et rurales ...

Plusieurs causes possibles sont avancées:

- la raréfaction des sites de nidification: les constructions urbaines actuelles comportent souvent de grandes baies vitrées lisses offrant nettement moins de possibilités de nicher que les constructions plus anciennes. De plus, la rénovation des bâtiments nécessite souvent de boucher les cavités qui servaient autrefois de nids aux moineaux.

- la présence d'espèces concurrentes: D'autres oiseaux, comme les pigeons par exemple, entrent en effet en concurrence avec les moineaux pour la nourriture.

- la pollution: L'utilisation de pesticides/herbicides à la campagne comme dans les espaces verts des villes contribue à la mortalité des moineaux, de manière non quantifiée jusqu'ici. Il en est de même de la pollution atmosphérique des centres urbains.

la présence croissante de prédateurs: Eperviers, chouettes hulottes et faucons jouent un rôle évident dans la mortalité des moineaux mais leur présence en ville serait plutôt un facteur aggravant du déclin de la population de moineaux qu'une cause majeure. En Grande-Bretagne, les chats auraient une part de responsabilité importante dans la hausse de la mortalité des moineaux, mais cela n'a pas été mis en évidence de façon aussi nette en France.

- les maladies: La trichomonose aviaire, une maladie parasitaire qui touche en particulier les pigeons domestiques, se transmet également aux moineaux qui partagent les lieux de vie de ces espèces.

Que faire pour enrayer le phénomène ?

A l'échelle collective, il est bien évident qu'une diminution de l'utilisation des pesticides et la prise de mesures permettant de limiter la pollution atmosphérique seraient bénéfiques à la fois pour nous-mêmes et pour les animaux, dont les moineaux ...

A l'échelle individuelle, on peut aussi favoriser la nidification des moineaux en plantant des haies au jardin, en laissant quelques endroits un peu "sauvages" et touffus où ils pourront s'abriter des prédateurs, ou encore en multipliant les espèces végétales (leur permettant de trouver différentes baies et graines pour se nourrir) et en prenant soin de la terre (un bon compost comporte vers et chenilles ...).

A noter qu'en parallèle du déclin des moineaux observé un peu partout, sa population a augmenté dans certains endroits, comme en Ecosse et au Pays de Galles. Il reste à savoir pourquoi  - mais tout n'est donc pas perdu pour nos sympathiques petits "piafs" !

Calixte

moineau
Moineau sur la terrasse d'un café

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

manou 01/10/2018 07:26

Nous n'avons pas ce problème à la campagne et je n'en vois pas moins qu'avant. Ce sont les autres espèces que nous voyons moins. Mais j'imagine qu'en ville cela doit se remarquer...Si déjà on arrêtait l'usage de ces produits nocifs pour tous, nous arriverions peut-être à inverser la tendance. Certains oiseaux ne produisent plus qu'une nichée au lieu de deux et seulement quelques petits survivent...Tu fais bien d'en parler

Calixte 02/10/2018 08:27

C'est vrai qu'à la campagne, l'évolution n'est pas la même partout - j'ai remarqué qu'en certains endroits, il y avait moins de moineaux mais davantage de mésanges !
Merci pour cet échange,

Daniel MARCELLIN 30/09/2018 17:47

J'espère que l'on pourra inverser le phénomène, car le Moineau est un petit oiseau indispensable dans nos régions de France, il apporte de la gaieté par ses piaillements et son espièglerie.
Qui n'a pas eu le plaisir et la chance, lorsque l'on peut en été dormir la fenêtre ouverte, d'être réveillé de bon matin par les cris des Moineaux, a passé à coté d'un réel bonheur !

Calixte 02/10/2018 08:32

Oui, c'est un petit oiseau très sympathique ! Sa dépendance à l'homme, pour l'habitat comme pour la nourriture le rend d'autant plus vulnérable. Espérons que nous l'entendrons encore longtemps piailler le matin et le soir venu, quand il cherche un abri ...
Merci pour ce commentaire,